2[Côte d'Ivoire] TEDxGrandBassam célèbre les «Immortelles»

TEDXGrandBassam, est un événement organisé sous la licence Américaine TED. Il vise à mettre en avant les idées innovatrices de personnes qui...

Orange lance la 6ème édition du Prix Orange de l’Entrepreneur Social en Afrique et au Moyen-Orient

Cette année, le grand concours de business plans organisé par Orange en Afrique et au Moyen-Orient se dédouble. Chaque projet candidat peut en effet être jugé par deux jurys, un national et un international. Les récompenses à...

L'Ambassade des USA encourage les jeunes ivoiriennes à poursuivre des carrières scientifiques et technologiques

« Les femmes éduquées acquièrent une voix et une place dans la société, ce qui leur donne plus de débouchés économiques et encourage leur participation dans la politique et fortifie la société, »...

lundi 30 août 2010

Youtube films: Plus de 400 films intégraux...gratuits

Pour une nouvelle, c'en est une !

Les Geek-cinéphiles vont être ravis. Youtube a mis en ligne dans sa section  Youtube Films (Movies) plus de 400 films long-métrages et documentaires, totalement gratuits. Ce ne sont pas des films de Grandes Affiches tels que Avatar ou Iron-man mais des films pour les chaines de télé américaines et des films récents de Bollywood. Si vous ne voulez pas faire d'effort pour apprendre l'anglais, passez votre chemin !! (oui, oui !) De plus, comme l'a si bien dit Vincent Abry sur son blog Marketing web 2.0, il faut avouer que 400 films gratuits sur internet, ca se prend bien !


En effet, l'annonce de ce concept a été faite pour les britanniques mais toute la planète a le droit d'y accéder. C'est disponible dès maintenant. J'ai déjà testé.


Repression des cybercriminels: Le Syndicat des Cybercafés de Côte d'ivoire s'organise


Samedi 28 août 2010. 16h30. Koumassi Remblais. EPP BAD.
C'était une rencontre qui vue de loin aurait pu paraître assez banale avec une vingtaine de personnes. Mais malgré la modestie du lieu de ce ''meeting'', il était primordiale pour moi d'y participer car il revêt un caractère presque Historique. C'était la réunion extraordinaire du Syndicat National des Exploitants de Cybercafés de Côte d'Ivoire (SYNECCI). Session auquel j'ai pris part avec M. Frédéric Tapé, également membre et administrateur de l'Organisation Akendewa. En effet, Akendewa faisait parti des invités spéciaux au cours de cette rencontre. Des décisions importantes concernant le développement de l'Internet en Côte d'Ivoire et les directives territoriales pour la lutte contre la cybercriminalité y ont été annoncées. 

Pour rappel, le SYNECCI existe depuis juillet 2009 avec 750 cybercafés affiliés. En Côte d'Ivoire, c'est en général à partir des cybercafés qu'on s'initie à l'Internet et c'est aussi grâce à ces ''access point'' que s'effectue la plupart des actes de cyberescroquerie.

Les points adoptés furent les suivants:
1. Le SYNECCI en sa réunion extraordinaire du 04 juin 2010 a adopté dans le cadre de l'assainissement des mœurs au sein des cybercafés, un code de bonne conduite pour le client de cybercafé et un code de déontologie de l'exploitant de cybercafé. Par exemple, il est mentionné à l'Article 5 que le client ne devra entreprendre aucun acte d'arnaque de tout genre, de contrefaçon, de pédophilie et de pornographie dans le cybercafé. En ce qui concerne, les exploitants de cybercafés, ils s'engagent à n'autoriser aucune pratique violant la loi de Côte d'Ivoire en matière de NTIC (piraterie, arnaque, contrefaçon, espionnage, etc...). C'est en substance quelques extraits des différents articles des codes de déontologie. Chers clients et clientes de cybercafés, attendez vous donc à voir les présentes déclarations être affichées de manière visible dans tous la plupart des cybercafés, avec l'appui de l'ATCI. La police scientifique prendra part également au déploiement et au respect de ces codes.

2. Adoption de l'utilisation de Cybercafé pro 5 comme logiciel d'exploitation dans les cybercafés en raison de la possibilité d'identification et de la traçabilité des activités des clients. Chaque client aura donc un compte individuel ouvert, dans chaque cybercafé qu'il fréquentera. (et personnellement, j'applaudis cette mesure que je trouve excellente!!)
3. La police scientifique de Côte d'Ivoire et le CI-CERT (Côte d’Ivoire Computer Emergency Response Team ), cellule technique de lutte contre la cybercriminalité sont les partenaires stratégiques du SYNECCI. 

4. M.Camara Laciné, représentant de l'ATCI à cette rencontre, a présenté le CI-CERT, plateforme de lutte contre la cybercriminalité composée d'experts en sécurité informatique. C'est une Équipe de réponses aux urgences informatiques. Le siège de ce détachement de l'ATCI se trouve au plateau,, immeuble postel 2001, Abidjan. Le CI-CERT a déjà eu à contribuer à des arrestations. Il a aussi rendu son rapport annuel d'activités, disponible sur son site web: www.cicert.ci.

5- Le CI-CERT a pour objectif principal de sécuriser le cyber-espace national. Par ailleurs, M. Laciné, nous a fait savoir, que le CI-CERT, après avoir effectué un audit de plusieurs sites web ivoiriens, a constaté que la majeure partie était très vulnérable. On compte d'ailleurs les sites web de certaines banques, celui de la présidence de Côte d'Ivoire et des opérateurs de téléphonie mobile.Le CI-CERT a libéré un programme informatique qui se propage, dans le cyber-espace ivoirien, ce qui lui permet, entre autres,  d'identifier à distance tous les cybercafés, disséminés sur le territoire ivoirien. Grâce à cela, les experts de cette cellule ont découvert des cybercafés ''fantômes'' où on leur a tout simplement interdit l'accès lorsqu'ils s'y sont rendus. 

6- Le CI-CERT se bat au quotidien, pour enrayer définitivement les actes de cybercriminalités sur le territoire national. Malheureusement, ils sont confrontés au quotidien à la réalité du système, c'est-à-dire le manque de volonté politique et même la passivité de certaines hautes autorités qui protègent certains cyberescrocs. Dernier exemple en date: l'affaire ''Kourouma''. Ce cybercriminel a escroqué plus de 740 millions à un homme d'origine française. Aujourd'hui, ce cyberescroc porte le pseudonyme de ''Momo de Paris'' et est devenu un Opérateur économique ivoirien car il circule en toute liberté, vu qu'il a été relaxé avec l'appui de certaines autorités, juste après été arrêté par la police scientifique. C'est pour dire.....!!!

7- Sachez également que le CI-CERT fait parti des projets de l'IGICI (Initiatives pour la Gouvernance de l'Internet en Côte d'Ivoire). l'IGICI a réalisé le forum sur la Gouvernance de l'Internet,qui s'est tenu en Côte d'Ivoire du 07 au 09 Juillet 2010 à l'espace CRRAE - UMOA en présence de plus de 500 participants et de plusieurs experts . L'IGICI a également en projet, la création d'une monnaie électronique en Côte d'Ivoire. Le CI-CERT qui est parrainé par la Malaysie, devrait bientôt être membre de l'OIC-CERT, la représentation de tous les CERT à l'échelle mondiale. Définition d'un CERT via ce lien.


8- Une campagne Grand Public de lutte contre la cybercriminalité  sera initiée dans les jours à venir sur tout le territoire national (affichage, radio, TV, Site Internet)

9- Un atelier de formation et de mise à niveau des gérants de cybercafés sera supervisé par Aviso, un des fournisseurs d'accès Internet. 

10- La police scientifique sera donc l'unité de répression des cybercriminels dans les cybercafés. 

Gare à vous donc, les escrocs digitaux!! La lutte a déjà commencé et le ''rouleau compresseur'' va continuer son chemin avec tous les acteurs de l'informatique et du web de Côte d'Ivoire.
Les mots de la fin furent prononcés par la direction du SYNECCI, le chargé de communication, M. Frédéric Lela, le Secrétaire Général et le Secrétaire Général Adjoint, M. Bamba Inza. Ils ont tenu à remercier les représentants de l'organisation Akendewa pour leur participation à cette réunion extraordinaire. Selon eux, c'est grâce à cette organisation web que le Syndicat des Cybercafés (SYNECCI) a pu enfin sortir de l'ombre et mieux se faire connaître des populations. Akendewa, par la voix de ses représentants que nous étions s'est donc engagée à soutenir toutes les actions de lutte contre la cybercriminalité qui seront incessamment initiées par le SYNECCI, le CI-CERT et l'ATCI.

Internautes de Côte d'Ivoire et de la diaspora, lecteurs et lectrices du blog ''l'Actu Web d'Edith'', restez donc à l'écoute pour suivre dans les jours à venir, le déploiement de toutes ces actions.

samedi 28 août 2010

Introduction de la portabilité au Sénégal: La Côte d'Ivoire, toujours bonne dernière...

Le Sénégal a toujours eu une longueur d'avance en matière de TIC et de télécom (qui peut le nier) et cet énième article est là pour le prouver. La Côte d'Ivoire, bon gré mal gré, continue d'être à la traîne dans ce domaine. A qui la faute? ....
Pour l"instant, je vous propose de lire cet article sur les innovations technologiques qui seront très prochainement initiées par Global Voice Group au Sénégal en matière de Télécom.

 Jeudi 26 août 2010

Contrairement à ce que beaucoup pensent, le rôle de Global voice groupe (Gvg) ne se limitera pas seulement à contrôler et à facturer le trafic entrant des appels internationaux. Et pour cause, Gvg envisage, en effet, d’introduire la portabilité au Sénégal. Ce service, qui existe déjà dans plusieurs pays occidentaux, permet à un client de changer d’opérateur mobile quand il veut tout en conservant son numéro. Avec l’introduction de ce service, ce sont les usagers du téléphone qui vont s’affranchir des mille et un caprices des opérateurs téléphoniques qui leur en font voir de toutes les couleurs et de tous les réseaux.

C’est une grande révolution qui va s’opérer dans le juteux secteur des télécommunications et le consommateur sénégalais en sera le principal bénéficiaire. Dans quelque temps, les abonnés des trois opérateurs de téléphonie mobile n’auront plus à subir, sans possibilité de broncher, les desiderata de leur opérateur avec à la clé un réseau défectueux par-ci, une facturation salée par là. Orange, Tigo et Expresso sont tenus de se plier en quatre pour satisfaire les moindres besoins de leurs clients s’ils ne tiennent pas à voir ces derniers leur filer entre les doigts. Et pour cause, dans le souci de simplifier certaines procédures liées aux contrats téléphoniques, Global Voice Groupe a décidé d’introduire au Sénégal la portabilité qui est déjà appliquée dans beaucoup de pays à travers le monde. C’est d’ailleurs une recommandation de l’Union internationale des télécommunications. Et nos sources indiquent que beaucoup de pays africains ont fixé une date pour son démarrage.
La portabilité est, en effet, le fait de pouvoir transférer son numéro de téléphone vers un autre opérateur, avec lequel on souscrit une offre. En plus clair, ce service permet à un client de changer d’opérateur tout en conservant son numéro. En guise d’exemple, un abonné d’Expresso aura la possibilité, à partir d’un simple signalement, de quitter Expresso pour aller soit vers Orange, soit vers Tigo et vice-versa. En période de promotion sur les cartes de recharges de la concurrence ou de réseau défectueux, le client qui ne serait satisfait de son opérateur a le choix de lui tourner le dos et rejoindre la concurrence qui applique des tarifs préférentiels.
Si en France, le basculement s’effectue dans un délai de sept (7) jours, les responsables de Global Voice Group souhaitent, eux, offrir aux consommateurs sénégalais un package automatique et gratuit. Seul bémol : le basculement ne pourra pas être automatique pour les clients disposant d’une ligne, car ces derniers devront au préalable s’acquitter de leurs factures avant de changer d’opérateur. Et des sources sûres révèlent que dès qu’un abonné achète une puce, il en devient le propriétaire à jamais, donc il a la possibilité d’en faire ce qu’il veut.
Hormis le fait de garder son numéro, la portabilité permet à un client de se soustraire à toute démarche administrative puisqu’elle résilie automatiquement l’abonnement en cours, sans qu’on ait à bouger le petit doigt. Et le tout, gratis, Svp !
En offrant ce type de service révolutionnaire, la société Global Voice Group veut démontrer qu’elle n’est pas uniquement au Sénégal pour facturer les appels internationaux.

Hawa Bousso

(Source : L’As, 26 août 2010)

lundi 23 août 2010

Facebook et Google bientôt au Cinéma !

Le long-métrage The Social Network sur la genèse de Facebook et les turpitudes de son fondateur Mark Zuckerberg n'est pas encore sorti en salles, mais il semblerait qu'il donne quelques idées à d'autres producteurs.
Selon le L.A. Times, le producteur John Morris aurait acquis les droits de tourner un film à partir du livre “Googled: The End of the World as We Know It” publié par le journaliste Ken Auletta fin 2009. Au cœur du scénario du film, la célèbre devise de Google et de ses deux fondateurs "Don't be evil" ("Ne soyez pas le mal" ou "Ne faites pas de mal" selon l'interprétation que l'on veut bien lui donner), et les multiples challenges que le respect de cette philosophie représentent quand il s'agit de diriger une entreprise aussi puissante. Les sujets de saga hollywoodiennes ne manquent certainement pas dans l'histoire du web et des start-ups montées par des étudiants en rupture de ban devenues multinationales en quelques années. Reste à savoir si le scénario n'est finalement pas toujours un peu le même...

mercredi 18 août 2010

Tycoon du Web à 16ans: Jeune Millionnaire tout court.

C'est une e-success story juvénile. Prenons-en de la graine, nous, les (futur (e)s) web-entrepreneur(e)s et entrepreneur(e)s tout court (coucou aux jeunes Hussein Khalil, à Toussiné Akakpo, Amévi midékor, Jean-christian Irié, Abel Diarra, etc). 
Christian Owens est un exemple complet de ''smart thinking'' et de réussite évidente. Quoiqu'on dise la réussite professionnelle n'est pas fonction du nombre d'années à votre compteur mais de votre abnégation, votre volonté et de la pertinence de vos idées. Il a seulement et est déja millionnaire. 
Avec une idée simple en rapport avec les TIC et surtout les services web, il a été à la base d'un nouveau concept sur la toile et a ainsi pu engranger des bénéfices sans ''trop mouiller le maillot''. Son ''petit brainstorming'' a été payant d'une part parce qu'il avait une vision pendant que les amis de son âge sont concentrés sur leurs consoles de jeu et d'autre part, parce qu'il avait un modèle de réussite en la personne du charismatique Steve Jobs. Jeunesse de Côte d'Ivoire, vous avez de multiples possibilités de business models gagnant dans le secteur des TIC et en particulier dans celui des services web. Développeur ou non (je ne suis pas une informaticienne mais une geekette), inspirons-nous,''sniffons'' à fond les leçons positives de cette success story et montrons au monde que nous ne sommes pas juste de bons danseurs et danseuses de ''Koumanlébé''* !!!

Source:  Yahoo Finance
Christian Owens est un jeune chef d'entreprise, petit génie des affaires « né » sur le Web. Seule particularité : ce nouveau Tycoon n’a que… 16 ans, et son aventure fait désormais le tour du monde.


Il y a deux ans, fasciné par la réussite de Steve Jobs, l’emblématique patron d’Apple, le jeune écolier britannique de 14 ans décide à son tour de lancer sa petite entreprise, rapporte le site Gizmodo. Son idée ? Vendre un pack composé d'une dizaine de logiciels utilitaires pour Mac à un prix défiant toute concurrence ! Pour réussir à commercialiser le « Mac Bundle Box », il va d’abord convaincre des développeurs de baisser drastiquement leur prix de vente en leur expliquant l'avantage de son offre: vendre moins cher mais à beaucoup plus grande échelle.



Pour attirer les clients, il a ensuite une idée imparable : créer un magnifique site web directement inspiré des codes graphiques de l’univers Apple pour y promouvoir son pack. Les visiteurs, habitués à l'image haut de gamme de la marque à la pomme, se sentent ainsi en confiance, et dépensent facilement les 49 dollars pour le pack à télécharger. Et les acheteurs apprécient la bonne affaire: le prix est imbattable pour des logiciels qui, achetés séparément, feraient monter la facture à plus de 400 dollars, soit près de 10 fois le prix du pack !!

Encore plus fort : pour accélérer le bouche à oreille, un logiciel supplémentaire sera offert à tous les acheteurs, dès lors qu’un certain nombre de packs sera vendu. Chaque acheteur a naturellement envie de faire connaître la bonne affaire autour de lui, et ses clients deviendront donc ses meilleurs agents commerciaux, l'effet viral est en marche !


Deux ans après le lancement, le chiffre d’affaires engrangé par le « Mac Bundle Box » de Christian Owens atteint le million de dollars, faisant la fortune du jeune homme à 16 ans seulement.
Mais le jeune Owen n'est pas du genre à se reposer sur ses lauriers. Après son premier million de dollars gagné grâce au « Mac Bundle Box », il a bien l'intention de continuer à faire évoluer Branchr pendant encore quelques années.



Mais les grandes entreprises étant souvent tentées de racheter des startups ayant réussi sur un créneau qu'elles convoitent, un rachat par Google ou Apple ne serait donc pas impossible. A la question de savoir comment il accueillerait une offre de Jobs pour lui racheter Branchr, Christian nous répond avec humilité « Si Apple me contactait pour cela, ce serait un très grand honneur, et je serais ravi d'en discuter avec Steve Jobs ! »


Christian a aujourd'hui 16 ans, et pendant que ses copains s'affrontent devant une console de jeux vidéo, lui préfère réfléchir à de nouveaux projets, son esprit d'adolescent fourmillant de nouvelles idées, dont certaines seront peut-être ses prochains succès.


Nicolas Catard

 *koumanlébé: Nouvelle danse ivoirienne urbaine qui est un prolongement de la tendance Coupé-décalé.

mercredi 11 août 2010

Les Meilleures Astuces pour Windows 7: Livre exceptionnel en offre gratuite!

Utilisateurs et utilisatrices de PC abidjannais et d'ailleurs, Qui parmi vous, n'a pas encore installé sur son ''joujou'', le nouveau système d'exploitation de ''Bill gates'', Windows Seven??? .....Ben tant pis, si tu ne l'as pas encore fait. 

Dixit les valeurs simplissimes des logiciels libres tels linux et ubuntu, Windows, en ''sortant'' un système d'exploitation ''quasiment'' conçu avec la ''participation" des ''users'' a fait quand même un grand coup en délivrant cette ènième version de son légendaire produit: légèreté, simplicité, puissance, ergonomie, design...sont ses principaux traits de caractères.

Bref, du tout bon et du tout cuit pour les technophiles que nous sommes!
Et comme j'aime bien aller jusqu'au bout et surtout, pour vous aider à mieux profiter des avantages de Windows 7, je vous propose en téléchargement gratuit ce livre sur ''les meilleures astuces pour Windows 7''. Ce livre, c'est ''Plus de 1000 astuces pour exploiter au maximum Windows 7 !''

Un livre complet et en offre limitée. Je n'en dirais pas plus. Bonne lecture !!!


 

mercredi 4 août 2010

Divan numérique reçoit William Tedje Ahouma, web-entrepreneur:''Je veux construire la première grande compagnie Internet ivoirienne...'

Hello, happy friends !!! Godivoire est de retour (enfin presque). Après ma dernière entrevue avec le sémillant et footeux, Serge-Eric Aguié, me revoilà. Ne vous attendez pas à un chapelet de nouveaux articles. Mais je m'attèlerai quand même, à vous satisfaire chaque semaine. Alors! Je vous ai manqué? Oui? Non? Ben, vous m'en direz tant...Pour un retour, j'ai ressorti mon joli ''divan numérique'' (tout rouge, pour ceux et celles que le détail intéresse)et je vous ai dégoté un ''jeune mâle'' web-entrepreneur, très ''smarty" au profil très androïde et technicolor. Vous ne voyez pas encore bien à qui on aura faire cette fois?...On y va alors pour une séance ''sans fausse note''!!!
PS: Ça pourra vous paraître légèrement long mais croyez-moi, vous n'aurez aucun regret après avoir lu cet interview ''très intime''. Vous allez même bien rire dans certains passages.

  1. Présente-toi ?
Je suis William Tedje Ahouma, un ivoirien qui a découvert le web en 1998. J’ai eu mon premier PC avec une connexion 56K en 1999, quelques jours avant le coup d’état. Cette expérience m’a permis de mesurer la puissance d’Internet, dans ma quête effrénée d’informations sur la situation politique de mon pays. J’ai aussi découvert les joies de NAPTSER (lol). A ce moment, je ne savais pas exactement ce que je voulais faire dans ma vie mais je savais que la micro-informatique et Internet seraient dans le tableau.
  1. Comment décrirais-tu ton métier ?
Le piège, c’est que j’en ai plusieurs. Le développement web, la publicité et la production audiovisuelle. Je compte en ajouter d’autres à ma besace mais par la grâce divine, mon statut de web entrepreneur me permet de les allier tous. Bientôt, les internautes du monde entier pourront « voir » ce que je fais. Sur le côté, je fais quelques travaux d’infographie mais ce n’est pas vraiment mon « core business »comme on le dit.
  1. Depuis quand l’exerce tu ?
Hormis les travaux notés dans le cadre scolaire, j’ai fait mon premier site en 2003, quelques mois après la fin de ma formation. Je venais de finir mon programme de « web design, programmation et bases de données » et j’avais 5 ou 6 mois de libre alors je me suis engagé dans l’animation d’un site communautaire appelé noxstudios. J’ai pu ainsi grappiller quelques centaines de membres aux forums d’Abidjan.net. J’exerce donc depuis 7 ans maintenant et beaucoup de mes vieux amis du net m’ont connu à travers ce site.
  1. Et ton parcours professionnel.
Très atypique. Je dirais même chaotique car j’ai fait beaucoup de choses et rien à la fois. Après ma formation initiale, j’ai opté pour un programme en génie logiciel plutôt que d’aller dans le monde du travail où on me prêtait un avenir brillant car j’étais assez doué côté Oracle, SQL et PL/SQL. Au lieu de cela, je suis retourné à l’université, dans un programme qui n’allait pas tarder à me « gifler » à cause des mathématiques, discipline qui constitue ma kryptonite personnel (rires). En 2004, je suis rentré en Côte d’Ivoire et je n’ai pas tardé à lancer Farotage.com qui fut un succès populaire mais un échec financier, faute de business model. J’ai donc appris de mes erreurs et après une formation en communication publicitaire, je revêts ma tunique de web entrepreneur, paré pour de nouvelles aventures.
  1. Selon toi, les métiers du web sont-ils valorisés en Côte d’Ivoire ?
J’ai envie de demander  « valoriser par qui ? ». Une fois en rentrant chez moi, j’ai vu une pancarte qui disait « votre site web pour 50.000FCFA ». A Montréal, une compagnie était prête à nous verser $6000 pour un site alors que nous étions encore étudiants. Imaginez la dévalorisation du service rendu autant par les clients qui te disent « nous avons 100.000F » que par certains confrères ( ?) qui bradent des templates à 50.000FCFA. Ajouté à cela, on remarque une très forte méconnaissance des métiers du web car tout le monde est confondu dans le terme « webmaster » pour les plus chanceux, sinon on parle juste d’ « informaticien ».
  1. As-tu un modèle dans ce domaine ?
Pas vraiment. Je suis admiratif de certains « business models » comme celui demint.com, de certaines évolutions comme par exemple celle de tutplus.com qui est passé d’un site de tutoriels pour Photoshop à un véritable réseau qui regroupe plusieurs domaines. Mon seul modèle reste et demeure Jésus Christ, même dans les métiers du web (rires)
  1. Quelles satisfactions en retires-tu ?
La même que Marck Zuckerberg quand il se rend compte que 400 millions de personnes ressentirait un vide si Facebook fermait en une nuit. Le fait de voir que les gens sont heureux que mon site existe et qu’ils se demandent comment ils faisaient avant. C’est priceless ! C’est ce genre d’expérience que je veux créer avectelevizo.com, mon site qui est en bêta privé actuellement. Allez-vous inscrire pour avoir une chance de participer au programme.

  1. Rencontres-tu des difficultés ?
Oui et je pense que beaucoup d’acteurs du web en ont fait l’expérience. Je peux citer pêle-mêle le taux de pénétration d’Internet qui est encore trop faible, le manque de vision des structures dirigeantes mais aussi des entreprises privées qui tendent vers l’écrémage plutôt que vers une pénétration du marché, les œillères que portent les structures financières car comment penser à du commerce en ligne quand le taux de bancarisation flirte avec les 3% ? Mais malgré ça, on demande toujours un registre de commerce pour ouvrir un compte chèque en Côte d’Ivoire…. Le mal est profond et la racine est large.
  1. Ça nourrit son homme ?
Non. Le développement web uniquement ne nourrit pas son homme. Pas parce que les clients ne sont pas prêts à payer le million pour un site mais parce qu’ils sont trop peu.
  1. Qu’est ce que tu voulais faire quand tu étais encore enfant ?
Chef cuisinier ! C’était mon rêve de créer quelque chose qu’une autre personne allait consommer et en retirer une satisfaction unique. Hélas, comme je le dis souvent, les « dida » ont tué ce rêve là ! J’avais 12 ans et tout le monde me disait que c’était une folie, qu’on ne pouvait pas aller à l’école pour devenir cuisinier, c’était la voie royale vers la pauvreté, etc. Tout un ramassis d’inepties ! Les africains ont arrêté de rêver et c’est vraiment triste pour cette jeunesse. On ne peut pas avoir un pays de comptables, de magistrats, de professeurs ou de fonctionnaires. Pourquoi un jeune ivoirien ne dirait pas « Moi quand je grandirai, je veux ouvrir une chaîne d’hôtels » ou « Moi quand je grandirai, je veux être un auteur de livres pour enfants» ? En ce qui me concerne, je suppose que mon rêve ne fût pas complètement perdu puisque je continue toujours d’apprendre des recettes, notamment en pâtisserie.
  1. C’est quoi ta routine quotidienne ?
Prière, Facebook en début de journée. Facebook, Prière en fin de soirée. Le reste est au feeling lol !
  1. A ce jour, quel regard portes-tu sur l’état de l’industrie du web en Côte d’ivoire ?
Il n’y a pas d’industrie du web en Côte d’Ivoire. Il y a des individus qui se battent et heureusement maintenant, il y a une organisation telle qu’Akendewa dont je suis membre, qui est dans un état d’esprit de « Make It Happen ». Nous avons arrêté de nous plaindre. Il reste maintenant à générer beaucoup de fonds et à installer un modèle de réussite propre au web ivoirien comme on en trouve dans la Silicon Valley. Ça vient et je suis content que maintenant il y ait beaucoup plus de bloggeurs et de sites qui ne soient pas exclusivement dédiés à la musique urbaine ou à l’agrégation d’articles de presse. Nous voulons être accompagnés dans cet effort et nous le serons. Nous le sommes déjà.
  1. Quels sont tes 3 produits high-tech préférés dont tu ne peux pas te passer ?
Mon browser Chrome, Skype et mon Samsung Omnia mais je vais bientôt le remplacer soit par un iPhone, soit par le Nexus One de Google.
  1. Quels sont tes 3 sites Internet préférés ?
Ils ne le sont pas tant au niveau de leur design et/ou de leurs fonctionnalités mais plutôt au niveau de la fréquence de mes visites :
  1. Quels sont tes projets ?
Immédiatement là, je veux construire la première grande compagnie Internet ivoirienne. Aussi simple que ça.


A la semaine prochaine, pour une autre séance enrichissante sur mon Divan ''numérique'' rouge...Godivoire.