2[Côte d'Ivoire] TEDxGrandBassam célèbre les «Immortelles»

TEDXGrandBassam, est un événement organisé sous la licence Américaine TED. Il vise à mettre en avant les idées innovatrices de personnes qui...

Orange lance la 6ème édition du Prix Orange de l’Entrepreneur Social en Afrique et au Moyen-Orient

Cette année, le grand concours de business plans organisé par Orange en Afrique et au Moyen-Orient se dédouble. Chaque projet candidat peut en effet être jugé par deux jurys, un national et un international. Les récompenses à...

L'Ambassade des USA encourage les jeunes ivoiriennes à poursuivre des carrières scientifiques et technologiques

« Les femmes éduquées acquièrent une voix et une place dans la société, ce qui leur donne plus de débouchés économiques et encourage leur participation dans la politique et fortifie la société, »...

vendredi 28 juillet 2017

L'émergence d'une psychiatrie informatique

Data et IA bouleversent l'étude et la compréhension des troubles mentaux, jusqu'à former une nouvelle discipline scientifique. (source: atelier.bnpparibas)

from L'Atelier BNP Paribas http://ift.tt/2tIFQ1b
via IFTTT

Quand Google Maps cartographie le potentiel solaire des toits

Quand la plateforme Sunroof de Google incite les propriétaires à se mettre au vert. (source: atelier.bnpparibas)

from L'Atelier BNP Paribas http://ift.tt/2w5AvSe
via IFTTT

jeudi 27 juillet 2017

Des DG Camerounais sur les réseaux sociaux pour démentir les fausses informations sur le montant de leur salaire

(TIC Mag) – A la suite de la publication par le Journal La Tribune de l’Est, le 24 juillet 2017, de la liste et montants des salaires des DG du Cameroun, certains DG ont publié des démentis sur les montants avancés par le journal. D’abord, le directeur général de la CNPS (Caisse nationale de prévoyance sociale) à qui le journal attribue un salaire de 11 millions de F.Cfa par mois.

Le 26 juillet, Alain Noël Mekulu Mvondo a fait parvenir une correspondance et une requête menaçante au DP de ce journal. Dans cette lettre, il conteste ce montant « totalement faux » et considère les différents montants publiés par le journal comme « un pur racolage ». Par conséquent, il invite Chantal Roger Tuile, le DP du journal, à publier dans les 24 heures qui suivent les éléments probants sur la base desquels se fondent ses allégations. A défaut, le DG indique qu’il sera poursuivi au pénal conformément à la loi.

Le 27 juillet 2017, c’est au tour de David Nkoto Emane, le DG de Camtel (l’opérateur historique), de démentir cette information. Mais c’est par la voix de son directeur marketing et Communication, Benjamin Gérard Assouzo’o. Celui-ci publie un communiqué de presse dans lequel il affirme que « Camtel tient à réfuter catégoriquement la totalité de ces incantations divulguées sans aucune pudeur à travers de nombreux médias et fora qui écument qui écument les réseaux sociaux ». Ceci en précisant que l’entreprise se réserve de toute action en justice.

Il faut noter que la publication du journal La Tribune de l’Est est rapidement devenue virale au Cameroun sur le web et les réseaux sociaux. Car généralement le public est friand de ce type d’information. La page indiquant les différents salaires a donc été partagée massivement sur le web et principalement dans les groupes de discussions sur Facebook et WhatsApp.

Les responsables de communication de la CNPS et de Camtel ont également utilisé ces mêmes canaux pour démentir les déclarations du journal. Si certains internautes trouvent que c’était une bonne idée de partager ces démentis via les réseaux sociaux, d’autres pensent que leur communication est incomplète et devait être plus efficace si dans ces démentis les montants des salaires réels étaient indiqués.

L’article Des DG Camerounais sur les réseaux sociaux pour démentir les fausses informations sur le montant de leur salaire est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2vcfsB2
via IFTTT

Louis Paul Motazé : « Je n’ai jamais possédé de compte Facebook »

(TIC Mag) – Dans un communiqué publié le 26 juillet 2017, le ministre camerounais de l’Econome, de la Planification et de l’Aménagement du territoire, Louis Paul Motazé, informe l’opinion publique nationale et internationale que les comptes Facebook frauduleusement ouvert en son nom ne lui appartiennent pas.

« Il précise qu’il n’a jamais possédé de compte Facebook et met en garde tous ceux qui seraient tentés ou sont déjà entrés en communication avec ces faux profils », lit-on dans son communiqué. Le ministre indique qu’il se réserve le droit d’engager des poursuites judiciaires à l’encontre de ces spécialistes de la cyber arnaque.

Notons que ce n’est pas la première fois qu’une personnalité camerounaise se voit attribuer un faux compte Facebook. Le Premier ministre, Philemon Yang, le ministre des Transports, Edgar Alain Mebe Ngo’o (à l’époque à la Défense), le ministre de l’Energie et de l’Eau, Basile Atangana Kouna, le DG de la Sonara et plusieurs autres personnalités ont par le passé publié dans la presse traditionnelle des communiqués similaires pour démentir l’existence d’un quelconque compte sur Facebook.

Dans la quasi-totalité des cas, ces comptes sont utilisés pour arnaquer les internautes non avertis en quête de positionnement. Certains cyber bandits d’ailleurs ont déjà été mis aux arrêts, apprend-on.

Pour une communication plus efficace

Mais seulement, sur la toile, de nombreux internautes questionnent ces différents modes de communication. Dans ces cas précis, le cabinet ICT Media Strategies conseille par exemple de communiquer plus efficacement sur des pages officielles de ces personnalités sur Facebook, Twitter ou bien d’autres réseaux sociaux. « Ces ministres et DG communiquent ainsi sans doute parce qu’ils ont des échos des victimes qui se font arnaquer par les détenteurs de ces faux comptes qui promettent soit des emplois, soit des marchés publics avec une contrepartie financière. Ces victimes sont sur un terrain précis : le web. Et sur Facebook particulièrement. C’est donc sur ce terrain-là que les ministres devraient communiquer en priorité. Et de préférence sur leurs comptes ou page officielle pour qu’elle touche la cible précise et les potentielles victimes », conseille Beaugas-Orain Djoyum, le directeur général de ICT Media Strategies, un cabinet qui offre également des conseils en e-réputation.

L’article Louis Paul Motazé : « Je n’ai jamais possédé de compte Facebook » est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2h6KCDO
via IFTTT

Arielle Kitio : « J’ai été bluffée par la simplicité et le pragmatisme de Vera Songwe  et de Jack MA »

(TIC Mag) – Invitée à participer à la Youth Connekt Africa Summit 2017 à Kigali au Rwanda du 17 au 21 juillet 2017, Arielle Kitio, la promotrice du Centre CAYSTI raconte son expérience aux lecteurs de TIC Mag. Au menu, sa fierté d’avoir écouté les conseils des géants du numérique qu’elle a côtoyé, son expérience, son projet et ses conseils aux jeunes entrepreneurs.

TIC Mag : Vous avez été invité à PARTICIPER à la Youth Connekt Africa Summit 2017 à Kigali au Rwanda du 17 au 21 juillet 2017. De quoi s’agissait-il?

Arielle Kitio : Youth Connekt Africa est la plus grande conférence portant sur l’entreprenariat jeune en Afrique. L’objectif de base étant d’édifier les jeunes entrepreneurs, porteurs de projets grâce des succès stories, sur comment (mindset, opportunités) transformer son idée, son potentiel en un succès qui inspire des générations.

La mission de YouthConnekt Hub est de promouvoir les politiques, de concevoir des programmes adaptés aux jeunes africains et fournir une plate-forme qui facilite la synergie d’efforts de partenaires qui ont pour vision commune de combler le fossé entre les aspirations des jeunes et les opportunités disponibles.

Ladite conférence s’est tenue du 19 au 21 juillet 2017 à Kigali sous l’impulsion du président Paul Kagame, président de la République du Rwanda.

TIC Mag : Plusieurs investisseurs internationaux y étaient invités pour booster l’esprit entrepreneurial des jeunes africains. Quelle est l’expérience ou le discours qui vous aura le plus marqué au cours de ce sommet ?

Arielle Kitio : Effectivement, parmi les nombreux invités spéciaux de sommet figuraient Jack Ma, fondateur et président exécutif du groupe Alibaba ; Mukhisa Kituyi, secrétaire général de la CNUCED ; Abdoulaye Mar Diye, administrateur adjoint du PNUD et directeur du Bureau régional pour l’Afrique ; Vera Songwe de la Commission économique pour l’Afrique et la jeune Arielle Kitio, fondatrice de Caysti, que je suis.

Le sommet a attiré plus de 1 500 invités qui incluent des cadres supérieurs de sociétés multinationales qui opèrent en Afrique, des dirigeants d’organisations de la société civile, des partenaires de développement de l’Afrique, des universitaires et des entrepreneurs, des artistes et des leaders d’opinion de tous les continents.

Lors de cette conférence, chaque rencontre a été une source d’inspiration et de motivation. C’était un véritable foisonnement d’esprits vifs et engagés et qui à bien des égards ont stimulé mes neurones.

L’une des expériences les plus enrichissantes a été celle du pitch. Il fallait en 1min 30s décrire, convaincre et toucher la sensibilité des membres du jury aux parcours impressionnants et de chaque individu d’un auditoire de plus de 500 personnes aux origines et aux intérêts différents.

Sur les 07 entrepreneurs sélectionnés par la CNUCED (venus du Rwanda, Tanzanie, Uganda, Gambie et Cameroun), je devais passer en sixième position. Mon cerveau était en mode apprentissage rapide, essayant de capitaliser très rapidement sur les remarques et critiques faites aux précédents entrepreneurs afin d’améliorer le mien. A mon tour, c’était un homogène mélange de stress, d’excitation qui se sont envolés à l’entente de la grande ovation qui a suivi mon passage. Les remarques à moi faites par le jury sont précieuses et m’aideront sans aucun doute à m’améliorer.

Cet exercice a mis à l’épreuve ma passion, mon ambition, la grandeur de la vision qu’on a pour le projet qu’on porte. S’il y’a une leçon à retenir se serait « Show your passion, don’t be afraid to say what you need »

TIC Mag : Autres rencontres et exposés qui vous ont également marqué… ?

Arielle Kitio : J’ai été en outre bluffée par la simplicité et le pragmatisme de certains invités spéciaux comme Vera Songwe  (Secrétaire exécutive CEA) et Jack MA (fondateur Alibaba) qui rêvent grand et qui cependant ont les pieds sur terre. La chose commune qu’ils partagent est qu’ils n’ont pas été guidé par l’appât du gain, mais par le souci de faire la différence, de répondre à un besoin global et de se surpasser à chaque fois.

TIC Mag : Comment avez-vous été invitée à ce sommet ?

Arielle Kitio : De par la problématique abordée, la vision et l’impact actuel mon initiative, j’ai été sélectionnée par la CNUCED (Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement) sur l’entreprenariat jeune. Je tiens à les remercier pour cette opportunité inouïe d’apprentissage et de réseautage. Je tiens particulièrement à remercier, Mme Fiorina Mugione, chef de la section Entreprenariat qui est l’un des exemples forts de ces personnes et femmes fortes et efficaces qui fait de chaque obstacle une belle opportunité de faire valoir son talent. « On me ferme la porte, je passe par la fenêtre », aime-t-elle répéter.

TIC Mag : Après cette expérience, quels autres conseils donnez-vous aux jeunes entrepreneurs ?

Arielle Kitio : Le conseil le plus important que je donnerai aux jeunes qui, comme moi, se sentent la mission d’être le plus utile possible à l’émergence de leur patrie, de l’Afrique et l’humain tout simplement (indépendamment de race, de l’obédience religieuse, etc…) est de rêver grand. Notre première limite est celle que nous nous imposons.

L’autre conseil tient en une seule phrase résultante d’une compilation de conseils qui m’ont inspiré : « Dream Big, Work smart, Be Resilient, Surround yourself by people you are marter, Tell your story ». J’ajouterai à cela deux citations : «1000 failures make 01 Success… learn how successful people deal with their failures rather than focussing on their successes » de JACK MA et « We need a new generation of problem solvers, who see further and work smarter », H.E. Paul Kagame, President of the Republic of Rwanda.

Propos recueillis par TIC Mag


A propos de CAYSTI

CAYSTI (CAmeroon Youth School Tech Incubator) mission to create the next generation of women tech solvers and more globally, the next generation of tech leaders.  We aim to develop an ecosystem of innovation where we infuse to young girls (at their early age), the passion to grasp and use technologies as fun and powerful tools to Solve personal or global problems.

CAYSTI is a center for technological awakening, the development of creativity and the promotion of young social entrepreneurship thanks to digital technologies. Our main objectives are:

  • To increase the number of youth (girls especially) who choose technology as academic or professional track.
  • To empower, create opportunities and help its students in designing and starting a viable long term professional project while giving them technical skills and cultivating in them the right mindset and attitudes to succeed by using digital tools and services.
  • To reduce the gender divide observed today in the sphere of technology leaders.

The innovation of CAYSTI is based on its approach relying on the combination of three factors makes our students especially girls, problem solvers thanks to Digital technologies.

Problem-solving & critical thinking approaches

Personalized mentoring

Customized and well tested

In less than 01 year:

1 200 youth impacted

06 promising MVPs produced by our students

03 of them (led by girls from 12-16 years old) are under incubation

04 international awards won by our students.

By Arielle Kitio

L’article Arielle Kitio : « J’ai été bluffée par la simplicité et le pragmatisme de Vera Songwe  et de Jack MA » est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2v2dbYT
via IFTTT

Les millennials à l'assaut des bibliothèques

La génération connectée des millennials est plus studieuse que celle de leurs aînés. (source: atelier.bnpparibas)

from L'Atelier BNP Paribas http://ift.tt/2v1GXwk
via IFTTT

L’art s’expose en ville grâce au crowdfunding

À Bordeaux, la plateforme de crowdfunding Ôboem propose de remplacer la publicité par des œuvres d’art. (source: atelier.bnpparibas)

from L'Atelier BNP Paribas http://ift.tt/2v19vpZ
via IFTTT