vendredi 28 novembre 2014

L'ARTP Dans Une Mauvaise Passe : Abdou Karim Sall Accusé De Gestion Périlleuse



L'Agence de régulation des postes et télécommunications (ARTP) est dans une mauvaise passe. Abdou Karim Sall, directeur général, est accusé par le personnel, de gestion gabégique. Abou Abel Thiam, président du Collège des délégués n'a pas hésité à lui adresser une lettre aux allures d'un rappel à l'ordre.


Abdou Karim Sall s'est mis à dos les délégués du personnel, le président du collège des délégués et son ministre de tutelle, à cause de son mode de gestion qui ne correspond pas aux règles de l'agence. A la suite de deux rencontres, les délégués du personnel ont décidé de tenir une assemblée après avoir dénoncé auprès du Collège des délégués la « situation périlleuse » qui prévaut à l'ARTP, par la faute d'Abdou Karim Sall.


Les membres du personnel lui reprochent entre autres d'avoir octroyé des subventions à coup de millions de francs CFA à des structures éloignées du secteur des télécommunications. Ainsi, la RTS, l'APS et surtout la 2STV ont bénéficié des largesses du boss de l'ARTP. Une situation qui a fini par griser ses relations avec le président du collège des délégués Abou Abel Thiam, qui lui a adressé une correspondance pour le rappeler à l'ordre, notamment lorsqu'il a voulu procéder à des recrutements abusifs.


(Source : AJOnews, 28 novembre 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/123L49D

2ème salon Africain de la cybersécurité : L'Afrique face aux cybermenaces mondiales



La Sonatel avait perdu l'année dernière 10 milliards FCFA due à l'arnaque sur les Sim box. De fausses informations et des alertes cycliques, entre autres menaces, sont régulièrement véhiculées sur la toile, avec son lot de craintes et d'hésitations à se lancer dans des opportunités d'affaires. Tout ceci, grâce à une insécurité informatique qui constitue aujourd'hui, une cybermenace considérée comme un fléau mondial qui gangrène le bon fonctionnement des économies. Et l'on se demande dès lors le rôle que jouent les Etats devant ce phénomène qui prend des proportions inquiétantes. C'est à question que tenteront de donner, lors de la 2ème édition du Security-Day, les principaux organisateurs que sont Sidy Aidara et Julien Dechanet.


Les Etats et les entreprises privées sont invités à développer un système d'informations adéquat pour s'assurer d'une meilleure sécurité de leurs données. « Le seul salon contre l'insécurité informatique qui se tient en Afrique est donc l'occasion pour les ‘'sachants'' de l'outil informatique de se promouvoir pour apporter les outils et les solutions attendues à travers les 20 conférences qui se tiendront et qui verront la participation de plusieurs centaines de visiteurs », indique Sidy Aidara co-organisateur de Security Day qui attend des Managers, des DSI, RRSI, DRH, et des utilisateurs finaux. Cet effort de lutter contre la cybermenace est reconnu par Julien Dechanet qui déclare que « l'Africain n'a pas la culture de la sécurité et donc, il faut que cela commence par la sensibilisation à travers les réseaux sociaux, d'autant plus que les nombreux efforts des Etats ne suffisent pas toujours pour lutter contre ce fléau. Security Day est alors le cadre d'échanges où les experts militaires et civils vont se côtoyer pour discuter sur les stratégies à mettre en œuvre pour la sécurisation et la protection des Systèmes d'informations des entreprises tout en vulgarisant les dispositifs juridiques, techniques et organisationnels existants. En fait, il fait, il s'agira de promouvoir l'expertise des sociétés nationales qui évoluent dans le domaine de la sécurité informatique.


Youssouf Ndiongue


(Source : Siweul, 28 novembre 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/123L3Tj

"Si tu n'es pas connecté, tu es out" : Entretien avec Macky Sall, Président du Sénégal



Depuis ce samedi 29 novembre et pour deux jours la capitale sénégalaise accueille la conférence des chefs d'Etat et de gouvernement des pays ayant le français en partage. En amont de cette rencontre, qui permettra de désigner le secrétaire général de l'Organisation Internationale de la Francophonie, plusieurs événements annexes ont été organisés à Dakar. L'équipe de l'Atelier a pu assister en particulier aux 43èmes Assises de l'Union de la Presse Francophone (UPF). Le président sénégalais Macky Sall a clôturé ces assises et a accepté de se livrer à un jeu de questions-réponses avec quatre journalistes. Que pense-t-il de la révolution numérique ? Comment a-t-elle changé son activité d'homme politique ? Quand son pays adoptera-t-il un code de la presse qui préserve les journalistes de l'emprisonnement ? Regrette-t-il l'expulsion du blogueur et opposant tchadien Makaila Nguebla ?


Merci à Coralie Pierret (RFI) pour son appui ainsi qu'à Khadija Ridouane (UPF), Pape Mady Diop (RTS) et Jean Kouchner pour l'entretien avec Macky Sall.


Cliquez sur le lien pour écouter l'entretien


Ziad Maalouf


(Source : RFI, 28 novembre 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1y0t8c1

Drones civils: particuliers et professionnels sont soumis au même cadre réglementaire



Le marché des drones civils en France est jugé très dynamique, porté notamment par des PME et des jeunes entreprises innovantes. Mais quid des usages présents et à venir ainsi que du cadre réglementaire de ces appareils volants sans personne à bord ?




Entretien dans le cadre de





lire la suite






from L'Atelier: Disruptive innovation http://ift.tt/1FBJNEZ

via IFTTT

L'Afrique rafle la mise à la competition Tech-I du GIST



Cette année lors du GIST Tech-I qui a eu lieu à Marrakech, des équipes provenant d'Afrique ont gagné 5 prix sur les 6 qui étaient mis en jeu dans les catégories start-up et idée de projet.


Le premier prix dans la catégorie start-up a été décerné à David Gluckman d'Afrique du Sud, fondateur de Lumkani, qui est un détecteur de chaleur. A l'aide de Lumkani, David compte réduire les risques d'incendies souvent dévastatrices dans les bidonvilles en Afrique du Sud et d'autres pays en voie de développement.


Le second prix a été décerné à Mawano Kambeu de la Zambie, fondateur de BusTicketsZambia, une plate-forme de e-commerce qui fournit des tickets de bus via web, mobile, et SMS.


L'ougandais Edmund Ainebyona est arrivé en troisième position avec WinSenga, un moniteur électronique de la fréquence cardiaque des fœtus relié aux smartphones et utilisé par les sages-femmes.


Dans la catégorie idée de projet, le premier prix a été décerné à Mixon Faluweki du Malawi, qui a mis en place Padoko, un chargeur qui utilise la dynamo des bicyclettes pour recharger les téléphones portables .


Le deuxième prix est allé à Cynthia Ndubuisi du Nigeria, qui est venue avec l'idée de Kadosh Production Company (KPC), une entreprise agricole qui compte utiliser le manioc pour alimenter le bétail.


Alim Hamitov du Kazakhstan est arrivé en troisième position avec son projet Robigroup « Dozor » ; un système de sécurité low cost qui utilise l'interphones GSM pour alerter le téléphone du propriétaire en cas de cambriolage.


Les gagnants ont reçu jusqu'à 15,000 $ de financement. Tous les 30 finalistes vont bénéficier de trois mois de mentoring d'experts globaux dans leur domaine.


(Source : Afrique ITnews, 28 novembre 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1rAjU5X

3 Startups africaines primées au concours de l'IUT pour jeunes innovateurs



Trois Start-ups africaines ont été choisies pour présenter les solutions TIC innovantes qu''elles auront mises au point pour résoudre des problèmes d''envergure mondiale, le mois prochain à Doha au Qatar lors de l'ITU Telecom World 2014.


Ce concours, qui est ouvert aux jeunes innovateurs du monde entier âgés de 18 à 30 ans, cherche à promouvoir les innovations faisant appel aux technologies de l'information et de la communication de pointe pour contribuer à résoudre de grands défis mondiaux.


D'après l'UIT, cette année il y a eu 822 participants venant de 99 pays et qui ont été repartis en quatre catégories ou défis. Pour le défi du contenu numérique, deux solutions africaines ont été choisies : TeleMuseum (Lorna Okeng, Ouganda) qui est un musée virtuel qui vise à préserver et à numériser le contenu local africain, les traditions orales et la culture cinématographique et Incept (Safouan Ben Jha, Tunisie) qui est une application interactive et multilingue de réalité augmentée pour les musées et les sites historiques.


Pour le quatrième défi (Internet des objets), deux technologies des États-Unis et du Mali ont été choisies. Il s'agit de Unplugged présenté par l'américain Marvin Arnold qui cherche à développer une plate-forme décentralisée d'échange d'informations sécurisée pour rivaliser avec l'Internet et de Connected Eco présenté par Fatoumata Kébé du Mali qui est un capteur solaire fournissant une analyse en temps réel de l'état des sols et les besoins d'irrigation.


Lors de l'ITU Telecom World 2014 à Doha, les gagnants du concours de l'UIT pour jeunes innovateurs prendront part à un programme d'accélération de projets à travers des séances individuelles avec des mentors de start-up et des experts, un atelier de formation et de mentorat par les lauréats du concours 2013.


En fonction de leurs performances au cours de la séance de pitching, chaque gagnant recevra jusqu'à 10.000 $ pour les start-ups et 5000 $ pour les concepts présentés.


(Source : Afrique ITnews, 27 novembre 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1rAjRaa

Protocole MESR/ARTP/FDSUT : Un officiel rappelle l'importance de l'interconnexion des universités



L'interconnexion des universités est un facteur important du développement, qui permettra au Sénégal d'avoir une grande visibilité dans le domaine de la communication au sein de ses universités, a déclaré, jeudi à Dakar, le directeur du financement des enseignements supérieurs, Aboubacry Niane.


‘‘Dans nos universités, aujourd'hui, les étudiants bénéficient d'un accès à Internet jusqu'au niveau des campus sociaux. Pour arriver à cela, le Gouvernement du Sénégal a permis à chaque étudiant de l'enseignement supérieur de bénéficier du programme +Un étudiant, un ordinateur+'', a-t-il déclaré. Il s'exprimait lors de la signature d'un protocole d'accord entre le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, l'Autorité de régulation des télécommunications et des postes (ARTP) et le Fonds de développement du service universel des télécommunications (FDSUT).


"A ce jour, a-t-il précisé, 16.332 ordinateurs ont été mis à la disposition des étudiants, par le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche.'' ‘‘Nous nous réjouissons de l'apport de l'ARTP et du FDSUT. C'est un accompagnement important, parce que le financement de l'enseignement supérieur ne peut pas rester qu'entre les mains de l'Etat. Les apprenants et l'environnement économique et social doivent contribuer'', a-t-il poursuivi.


De son côté, le directeur de l'ARTP, Abdou Karim Sall, a réaffirmé l'ambition de son institution de rester ''au cœur de l'enseignement et de la recherche''. "C'est pour nous un plaisir que de participer à la formation de la jeunesse sénégalaise. Nous avons la pleine conscience que le ministère travaille tous les jours dans ce sens, et nous sommes dans les dispositions pour l'accompagner. Nous voulons participer à la mise en place des espaces numériques ouverts partout dans ce pays pour que les étudiants qui sont en dehors de Dakar puissent bénéficier des mêmes infrastructures que ceux qui sont au niveau de Dakar'', a-t-il dit.


‘‘Nous essayons d'être au cœur au niveau de l'enseignement et de la recherche. C'est la raison pour laquelle le Fonds de développement du service universel des télécommunications a décidé de sceller un partenariat qui va aider l'autorité de tutelle à atteindre ses objectifs dans ce domaine'', a-t-il encore déclaré. Il a annoncé que '''le Fonds a décidé d'accompagner le ministère pendant trois ans, en finançant la mise en place de deux accès, deux liaisons, de 155 mégas pour un coût global de 504 millions de francs CFA''. Le ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Mary Teuw Niane, a quant à lui relevé l'importance de cet accord qui vient concrétiser la ''vision du chef de l'Etat sénégalais'', Macky Sall. ‘‘C'est un jour de bonheur pour l'enseignement supérieur qui voit la réalisation d'une ambition, d'une vision présidentielle de faire de l'enseignement supérieur et de la recherche, un levier du développement économique. Ce que nos partenaires nous permettent de faire aujourd'hui est une exception en Afrique'', a-t-il relevé. ‘‘J'aimerais bien, poursuit-il, qu'on me cite un pays africain, aujourd'hui, qui a cette bande passante au niveau de ses universités. Le Sénégal va être leader à ce niveau-là.'' Il a ajouté que ''la mise en place de l'Université virtuelle du Sénégal amène un nouvel enjeu dans le développement numérique dans notre pays, à savoir amener des espaces numériques ouverts dans chaque département du Sénégal, permettre aux enfants qui sont à l'intérieur du pays de bénéficier des mêmes facilités et des mêmes outils que ceux qui sont de Dakar, de Saint-Louis, de Ziguinchor, ou de Thiès'', a-t-il martelé.


(Source : APS, 28 novembre 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1uRXDLg

Mobile Monday à l'ESTM : le co-fondateur de Voto Mobile en direct de San Francisco



Le prochain Mobile Monday Dakar est prévu ce 3 décembre à l'ESTM. Cet évènement verra la participation de Louis Dorval, un des fondateurs de Voto Mobile qui parlera, en direct de San Francisco par Google Hangout, de la plateforme Voix Voto Mobile.


Voto Mobile est une plateforme de notification et d'enquêtes qui fait usage des technologies voix et SMS pour envoyer des messages vocaux et SMS à des individus ou groupes d'individus. Cette plateforme permet d'atteindre les populations dans leur langage local et analyser ainsi les résultats collectés.


Voto Mobile est actuellement utilisé au Ghana dans divers domaines comme, entre autres, l'agriculture, la gouvernance, la santé maternel…


Louis Dorval, le co-fondateur de la plateforme, est un entrepreneur social et investisseur tourné vers les jeunes startups basées en Afrique. Il est, par ailleurs, le Directeur général de l'incubateur MEST au Ghana.


Il a co-fondé et conseillé pas moins de 15 stat-ups tech dont certains ont été rachetées par de grandes firmes et la majorité ont reçu des awards internationales. A l'occasion du Mobile Monday Dakar prévu à 18 heures, il fera toute son intervention en français.


Inscription : http://bit.ly/1rkrE6j


(Source : Social Net Link, 28 novembre 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1rAjOeu

Indice de développement des TIC : Le Sénégal en tête du classement des pays de l'UEMOA



Le rapport de référence annuel de l'UIT qui mesure le niveau développement des TIC dans le monde vient d'être publié à Genève. En plus de fournir des données sur la société de l'information dans le monde, l'UIT a développé un outil de mesure qui établit un classement entre 166 pays en fonction de leur niveau d'accès aux TIC, de leur utilisation des TIC et de leurs compétences dans ce domaine. Il ressort de ce classement que le Sénégal est en tête parmi les pays ouest de l'UEMOA qui figurent dans ce classement. En effet, avec un indice de 2.46, notre pays devance des pays comme la Côte d'Ivoire ou le Burkina.


Toutefois, au plan africain, le Sénégal est à la 12e place et est devancé par des pays comme l'Egypte (1er) et l'Afrique du Sud (2e) avec comme indice respectivement 4.46 et 4.42 ou encore le Cap Vert et les pays du Maghreb que sont le Maroc ou la Tunisie.


Au niveau mondial, c'est le Danemark arrive en tête du classement de l'indice de développement des TIC. Les 30 premières places du classement sont occupées par des pays européens, ainsi que par des pays à revenu élevé d'autres régions, comme l'Australie, Bahreïn, le Canada, les Etats-Unis, le Japon, Macao (Chine), la Nouvelle-Zélande et Singapour. Selon le rapport, « Presque tous les pays ayant participé à l'enquête ont progressé au classement de l'indice IDI cette année ».


(Source : Social Net Link, 27 novembre 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1rAjNHx

GINGER, l'application mobile qui met en valeur les expressions locales



« Bégééé », « Lou bess », « Maa tayy », « Moy lolou »…, ces expressions wolof très utilisées dans le langage populaire sont désormais intégrées dans des émoticônes et autocollants d'une application mobile dénommée GINGER.


GINGER est une application mobile gratuite qui permet de passer des appels téléphoniques gratuits et envoyer des messages à des contacts partout dans le monde en utilisant une connexion 3G ou WiFi. En outre, l'application permet l'utilisation d'émoticônes et autocollants dans les langues locales africaines. Plusieurs expressions sont déjà disponibles en plusieurs langues : wolof, nouchi, naija,… afin de donner une touche personnelle aux discussions.


Développée par People Input, l'application est actuellement disponible sur Android et sera bientôt téléchargeable sur l'AppStore.


(Source : Social Net Link, 27 novembre 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/12bhiPD

Connectivité des universités : l'Artp et le Ministère de l'enseignement supérieur signent un protocole d'accord



L'Agence de régulation des télécommunications et des postes (Artp) et le ministère de l'enseignement supérieur vont signer aujourd'hui le protocole d'accord visant à mieux connecter à internet les universités publiques du Sénégal. La cérémonie qui se déroulera au pavillon Sénégal du village de la francophonie à 10 heures verra la présence du ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche, M. Mary Tew Niane ainsi que du Président du Fond de Développement du service universel des télécommunications (FDSUT), M. Aly Cotto Ndiaye.


Rappelons que cet accord entre dans le cadre de la mise en œuvre de la décision présidentielle n°2 consistant à « mettre les Technologies de l'Information et de la Communication au cœur du développement de l'enseignement supérieur et de la recherche pour améliorer l'accès à l'enseignement et l'efficacité du système ». Et, en marge de la réception de la première phase des travaux du projet Campus Wifi, le DG de l'Artp avait laissé entendre l'élargissement du projet à toutes les universités publiques du Sénégal.


(Source : Social Net Link, 27 novembre 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1AZoCwR

[WORLD TOUR] Côte d’Ivoire : "Le gouvernement émet les idées, les opérateurs les développent"



Un gouvernement fort faisant la promotion des TIC. Des opérateurs en quête d’innovation. Et une population jeune qui se rapproche de plus en plus de l’entrepreneuriat. Une jolie combinaison donc, pour la Côte d’Ivoire.




Interview d’Innocent N'DRY, conseiller export nouvelles technologies pour Ubifrance Afrique de l’Ouest basé à Abidjan, interrogé à l’occasion de





lire la suite






from L'Atelier: Disruptive innovation http://ift.tt/15GPRQ5

via IFTTT

jeudi 27 novembre 2014

[DEMO] Brand VO2 détecte les bouleversements de marché via les conversation en ligne



Pour garder un avantage concurrentiel sur les autres entreprises et éviter de subir la disruption d’une entreprise encore inconnue, Brand Vo2 exploite les données présentes sur les réseaux sociaux et des médias pour prédire les parts de marchés futures.




La disruption des marchés est de plus en plus étudiée au vu de la gêne qu’elle peut causer auprès des entreprises traditionnelles. L’aspect business intelligence des entreprises est donc plus importante que jamais. En effet, l’ère du numérique offre des possibilités de croissance phénoménale pour des start-ups qui, étant pourtant de très petites structures, arrivent à accaparer des parts de marchés très rapidement.





lire la suite






from L'Atelier: Disruptive innovation http://ift.tt/1vpT67M

via IFTTT

Les composants électroniques biodégradables face à de nombreux obstacles



Des scientifiques norvégiens travaillent sur des circuits électriques biodégradables pour faire face au nombre grandissant d’appareils électroniques rarement recyclés. Mais des défis sont encore devant eux.




Alors que Gartner prévoit





lire la suite






from L'Atelier: Disruptive innovation http://ift.tt/1vSNogd

via IFTTT

Mary Teuw Niane, l'ARTP et le FDSUT ratifient la connectivité des universités publiques



Dans le cadre de la mise en œuvre de la décision présidentielle n°2 consistant à « mettre les Technologies de l'Information et de la Communication au cœur du développement de l'enseignement supérieur et de la recherche pour améliorer l'accès à l'enseignement et l'efficacité du système », le Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche signera un important protocole d'accord avec l'Autorité de Régulation des Télécommunications et des Postes (ARTP) et le Fonds de Développement du Service Universel des Télécommunications (FDSUT). L'objet de ce protocole porte sur la connectivité des universités Publiques du Sénégal.


La cérémonie de signature aura lieu le Jeudi 27 Novembre 2014 à 10H au village de la francophonie, pavillon Sénégal, en présence du Ministre Mary Teuw Niane, du Dg de l'ARTP et du Président du FDSUT Monsieur Ali Cotto Ndiaye


Dié Ba


(Source : Pressafrik, 26 novembre 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/122WBp0