jeudi 30 octobre 2014

Avant le pilote automatique, la conduite connectée ?



La voiture en pilotage automatique fait encore peur à la fois aux utilisateurs et au législateur. Des systèmes hybrides existent pour transformer la voiture en un chauffeur guidé par le passager.




La conduite automobile est une somme d’actes facilement isolables : accélérer, tourner à droite, changer de voies. Mais chacune de ces décisions demande une multiplicité de réflexes incorporés par le conducteur. L’attention aux détails, le rétroviseur et d’autres actes exigent une rigueur importante.





lire la suite






from L'Atelier: Disruptive innovation http://ift.tt/13kzDuM

via IFTTT

Les jambes bioniques s’étendront-elles au-delà du handicap ?



Les prothèses intelligentes aident pour l’instant les amputés à retrouver une mobilité normale, mais déjà apparaissent des modèles améliorant les capacités moteurs de l’homme devenu bionique.




La recherche sur les prothèses intelligentes a d’abord essayé d’atteindre un niveau de sensation similaire à celui que connaissent les humains. Mais la performance accrue de ces prothèses permet désormais aux amputés de profiter d’un niveau de confort, c’est-à-dire d’une assistance par les moteurs intégrés, supérieurs à celui des jambes naturelles.





lire la suite






from L'Atelier: Disruptive innovation http://ift.tt/1FYNwO0

via IFTTT

L’immobilier mise sur la proximité grâce aux réseaux sociaux



L’agence immobilière de demain passe désormais par les réseaux sociaux et les projets se multiplient pour établir plus de liens avec le client.




Longtemps à la traîne





lire la suite






from L'Atelier: Disruptive innovation http://www.atelier.net/trends/articles/immobilier-mise-proximite-grace-aux-reseaux-sociaux_432084?utm_source=atelier&utm_medium=rss&utm_campaign=tendances-FR

via IFTTT

Millicom lance sa fondation pour les innovateurs africains



Millicom-Tigo a lancé officiellement au cours d'une session sur internet sa fondation pour les entrepreneurs sociaux innovants, dotée d'un budget annuel de 10 millions de dollars. Le Tchad, la RD Congo et le Sénégal sont concernés.


Le groupe Millicom, plus connu sous sa marque de téléphonie Tigo, a choisi une session interactive sur le web pour lancer officiellement sa fondation dédiée aux "innovateurs locaux dans le domaine du numérique". Cette institution dotée d'un budget annuel de 10 millions de dollars entend aider à construire "un mouvement de personnes qui changent les choses dans le numérique à travers l'Amérique latine et l'Afrique".


Combler l'écart


La Kényane Ory Okolloh, administratice de la fondation, a ainsi résumé les enjeux : "L'Afrique se développe mais les Africains se développent-ils ? L'histoire actuellement racontée autour du succès de l'Afrique ignore une réalité micro dans laquelle une partie des habitants ne profite pas ou pas assez de la croissance", a expliqué celle qui est connue pour avoir fondé Ushahidi (une carte participative sur le web pour permettre de géolocaliser les témoignages de Kényans transmis par internet et par SMS) au moment de la crise politique de 2007-2008 dans son pays puis travaillé pour Google et Omidyar Network. "L'objectif est d'aider à combler l'écart entre les réalités macro et micro".


Six pays en Afrique


La fondation sera opérationnelle dans tous les pays couverts par Tigo, soit 13 pays dont 6 en Afrique : le Sénégal, le Ghana, le Tchad, la RD Congo, le Rwanda et la Tanzanie. En plus de moyens financiers, la fondation entend fournir aux entrepreneurs retenus du conseil, du soutien technologique et du mentorat de la part de salariés de Millicom.


Les bénéficiaires seront sélectionnés via le concours "Tigo Digital Changemakers Award". Ce dernier, opérationnel dans deux pays africains depuis le début de l'année (Rwanda et Tanzanie), a déjà reçu 1 000 dossiers. L'objectif n'est pas de se limiter à l'innovation dans le domaine des services pour les masses africaines mais aussi d'aider ceux qui offrent des solutions à quelques-uns des grands défis auxquels se heurte le continent (logistique, énergie, etc).


La structure sera dirigée par Till Behnke, fondateur de betterplace.org, une plate-forme allemande de don en ligne qui a permis depuis 2007 de soutenir via des organisations sans but lucratif 10 000 projets dans plus de 145 pays.


Frédéric Maury


(Source : Jeune Afrique, 29 octobre 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1wIeOE3

El Hadji Kassé : ''Le numérique est un défi majeur pour la Francophonie''



Le président du Comité scientifique préparatoire du XVe Sommet de la Francophonie, El hadj Hamidou Kassé, a indiqué, mercredi à Dakar, que le numérique est ''un défi majeur'' pour la Francophonie de par sa capacité d'établir des nouvelles relations entre les peuples.


‘'Le numérique est devenu non seulement une culture mais aussi une civilisation, parce qu'il (numérique) installe de nouveaux types de relation entre les peuples et les personnes prises individuellement'', a-t-il déclaré.


M. Kassé intervenait lors de la cérémonie officielle d'ouverture du colloque international intitulé ‘'la Francophonie : de l'inspiration originelle aux défis actuels et futurs''.


Selon lui, ‘'cette rencontre va permettre de réfléchir sur ce qui a fondé la Francophonie, sur la question de la langue, la question de la culture, la question des valeurs, la question de la solidarité et d'ouvrir cette réflexion sur les perspectives et les défis actuels comme le numérique''.


‘'Le numérique implique également de nouveaux modes de pensée et de nouveaux modes d'action'', a-t-il souligné.


Prenant part au colloque, le ministre de la Culture et de la Communication, Mbagnick Ndiaye a confirmé les propos du président du comité scientifique sur la nécessité de promouvoir le numérique en vue d'asseoir ''un meilleur avenir''.


‘'Dans un monde où l'avènement d'Internet et du numérique modifie jusqu'à nos conceptions les plus ancrées de l'identité, de l'altérité et de la diversité, mais également de la temporalité et de la distance(…), a-t-il dit, il nous faut mesurer les enjeux et les défis et avoir le courage d'engager les mutations profondes susceptibles d'asseoir un meilleur avenir''.


(Source : APS, 29 octobre 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1tkZ7jQ

La PP‑14 renforce l'engagement de l'UIT à faire jouer aux jeunes un rôle de premier plan



Busan, le 30 octobre 2014 – L'UIT renforce son engagement à faire participer les jeunes à ses processus décisionnels, par l'intermédiaire d'un programme qui leur est spécialement destiné, dans le cadre de la Conférence de plénipotentiaires (PP‑14) tenue en ce moment à Busan (République de Corée). Ce programme vise à autonomiser et à faire participer plus efficacement la

APO dévoile le nom du journaliste vainqueur de l’invitation au AfricaCom 2014

Aimable Twahirwa du Rwanda a gagné l’invitation pour participer au AfricaCom 2014

 


LE CAP, Afrique du Sud, 23 octobre 2014/ -- APO (African Press Organization) (http://www.apo-opa.com), le seul réseau de diffusion de communiqués de presse en Afrique, et le leader mondial des relations presse en lien avec l'Afrique, a annoncé aujourd'hui que le journaliste scientifique Aimable Twahirwa (@atwahirwa) du Rwanda a gagné l’invitation pour participer au AfricaCom 2014 (http://www.comworldseries.com/africa), le salon Panafricain des

Ebola : SkyVision fait un don à la Commission nationale contre le virus Ebola en Guinée à travers la contribution des opérateurs économiques




Ces fonds serviront à couvrir les dépenses et les besoins des patients infectés par le virus Ebola et des familles touchées

CONAKRY, Guinée, 28 octobre 2014/ -- La société SkyVision Global Networks Ltd. (http://www.skyvision.net), l’un des principaux fournisseurs mondiaux de services de télécommunications, a annoncé aujourd’hui qu’elle avait fait un don généreux à la Commission nationale contre le virus Ebola en Guinée à travers la contribution des opérateurs économiques.

Capture2.PNG
(Ori Watermann, Directeur général de SkyVision)


« Nous entretenons des liens solides avec l’ensemble du continent africain, en nous appuyant sur nos partenaires et nos bureaux régionaux dans toute la

Alcatel-Lucent clôt la vente d’Alcatel-Lucent Entreprise à China Huaxin




La cession d’actifs fait partie des engagements pris par Alcatel-Lucent dans le cadre du Plan Shift, afin de générer au moins 1 milliard d’euros grâce à la vente d’actifs sélectionnés.

PARIS, France, 29 octobre 2014/ -- Alcatel-Lucent (Euronext Paris et NYSE : ALU) (http://www.alcatel-lucent.com) annonce aujourd’hui la clôture de la vente de sa filiale Alcatel-Lucent Entreprise à China Huaxin Post & Telecommunication Economy Development Center. Le produit en espèces pour Alcatel-Lucent s’élève

mercredi 29 octobre 2014

Une application mobile pour traquer Ebola en Afrique de l'Ouest



Des développeurs ont mis au point l'application téléphonique « Ebola Tracker ». Conçue autour d'un système de cartographies, elle permet de localiser le virus Ebola.


Si ses détracteurs y voient une opportunité mercantile, le partage d'informations qu'elle propose pourrait s'avérer précieux dans un contexte où l'épidémie, mouvante, est loin d'être maîtrisée. EbolaTtracker permet à l'utilisateur de localiser le cas d'Ebola le plus proche, pour un prix de 2,99 dollars sur l'Apple store.


L'application, qui s'appuie sur les bases de données des autorités sanitaires, permet d'abord de savoir au kilomètre près où se trouve un malade atteint d'Ebola, sous couvert d'anonymat. D'autre part, elle permet d'ouvrir des cartes indiquant les plus fortes concentrations de cas d'Ebola.


Toutefois, face à la psychose ambiante provoquée par le virus, on peut y voir un côté commercial. Pour certains internautes, « on profite du désastre Ebola pour nous vendre une application iPhone. »


Chez Médecins sans Frontières, la méfiance est de mise également. A presque trois dollars, le coût d'Ebola Tracker représente beaucoup en Afrique. De plus, l'association s'interroge sur l'efficacité de l'application.


Une réponse à des besoins concrets


En marge de ces questionnements, l'application va permettre aux habitants de partager des informations concernant l'épidémie. Le géant informatique IBM, des compagnies de téléphonie mobiles locales et des universitaires ont élaboré un système qui permet aux personnes vivant dans des zones à risque d'envoyer des messages instantanés gratuits touchant à Ebola.


L'application permet de les localiser précisément et donc d'évaluer les besoins locaux. Il peut s'agir d'un besoin urgent de savon ou d'électricité, mais aussi d'aide logistique, comme solliciter un soutien pour enlever rapidement les corps toujours contagieux dans une zone où ont eu lieu de nombreux de décès.


Un système de centralisation des informations


En Sierra Leone, l'application permet au gouvernement de recueillir des données capitales pour les organisations de santé qui suivent ainsi à la trace le virus grâce aux appels vocaux ou SMS envoyés par les citoyens. Les données sont ensuite scrupuleusement analysées par les autorités locales qui veillent à vérifier les informations fournies. Il s'agit de tisser un véritable réseau citoyen.


Le docteur Uyi Stewart, directeur de la recherche IBM Afrique, déclare au micro de la BBC qu'« en utilisant la technologie mobile, nous donnons aux communautés une voix et un moyen de faire part de leurs expériences directement. »


Selon les dernières estimations de l'OMS, le virus poursuit sa course et devrait affecter 5 000 à 10 000 nouvelles personnes par semaine d'ici décembre.


(Source : RFI, 29 octobre 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1rAEwnA

Qui sont les acteurs incontournables des TIC au Sénégal ?



Qui sont ceux qui font les TIC au pays de la Teranga ? Les acteurs les plus influents ? Les plus investis ? Téléchargez notre présentation “L'ABC des TIC au Sénégal”, et découvrez tout ce qu'il faut savoir sur une industrie en pleine explosion.


Télédécharger ici


(Source : Afrique ITnews, 28 octobre 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1rAEw73

L'ancien capitaine de l'Armée russe et ingénieur en Communication tombe à Dakar



Sergei Eledimov, ancien capitaine de l'Armée russe, est depuis quelques jours dans les liens de la prévention. Ingénieur en Communication en tout genre, le mis en cause serait le cerveau de la bande de malfaiteurs épinglés dans la fraude des appels internationaux entrants. Il a été déféré hier avec ses deux supposés complices français. Le trio a passé la nuit au Commissariat central à la faveur d'un retour de parquet.


Dernièrement, les plaintes de la Sonatel contre les fraudeurs sur les terminaisons d'appels sur son réseau ont conduit à l'arrestation de plusieurs individus. Seulement, les policiers peinaient à mettre la main sur le cerveau de cette bande de malfaiteurs au Sénégal. C'est désormais chose faite. Les hommes du commissaire Pape Guèye de la Brigade spéciale de lutte contre la cybercriminalité de la Division des investigations (Dic) ont mis aux arrêts celui qui est, sans nul doute, le cerveau de cette organisation mafieuse, Sergei Eledimov. L'homme est un ancien capitaine de l'Armée russe qui a été sous les ordres pendant 13 ans, durant lesquels il a servi dans l'Armée de l'Air de sa patrie. Seulement, l'homme, âgé de 47 ans, ne connaît pas seulement les armes et les fronts. Le soldat russe est surtout un surdoué en communication. Sergei Eledimov est en réalité un spécialiste en communication en tout genre. L'homme a la parfaite maîtrise des communications quelles qu'elles soient (satellite, radio, la communication via Internet). La maîtrise de son domaine le conduit dans les campagnes de l'Armée russe en Bosnie, Yougoslavie et Tadjikistan en tant qu'expert en Communication.


Après ses bons et loyaux services au sein de l'Armée russe, Sergei Eledimov devient un mercenaire travaillant pour son propre compte. Ses activités le conduisent au Sénégal en 2005 où il devient entrepreneur. Il met sur pied la société Convoi Africa, spécialisée dans la sécurité et la consignation de bateaux. Seulement, ces activités lui servaient de couverture pour lui permettre de s'activer sans souci au trafic des appels entrants. En garde à vue depuis quelques jours, le mis en cause a été arrêté par les policiers de la Brigade spéciale de lutte contre la cybercriminalité. Deux de ses supposés complices, E. Lemasson et E. Gaspoz, tous des Français, ont aussi été arrêtés. Les mis en cause ont été déférés hier par les policiers enquêteurs.


Le processus de la fraude sur les appels entrants a été détaillé dans la lettre-plainte qui a saisi les hommes du commissaire Pape Guèye de la Brigade spéciale de lutte contre la cybercriminalité. Le chef du service Contentieux de la Sonatel, Abdoulaye Sall, expliquait que la société de téléphonie a constaté une pratique frauduleuse de terminaison d'appels sur son réseau. Les fraudeurs, poursuit-il, se servent d'une technologie haut de gamme en utilisant une ligne Adsl. Ce qui les permet de faire apparaître les appels venant de l'étranger comme des appels émis depuis le territoire sénégalais. Pour contrecarrer cette pratique illicite, les autorités de la Sonatel mettent sur pied un dispositif de surveillance. Ceci les permet de détecter d'où venaient les signaux frauduleux. Plusieurs signaux ont été interceptés. Toutefois, les fraudeurs établis au Sénégal avaient des complices à l'étranger qui leur remettaient le trafic des appels. Avec l'aide de Simbox, les fraudeurs arrivent aisément à détourner les appels venant de l'étranger. Lorsque les autorités de la Sonatel ont détecté un signal à Mariste 2, elles informent les policiers enquêteurs. La descente sur les lieux permet aux limiers de procéder à l'arrestation de E. Lemasson et la saisine d'un matériel servant à détourner les appels entrants. Le Français leur indique qu'il appartient au Russe. Celui-ci est arrêté, dans les heures qui ont suivi, chez lui, à Liberté 6. Deux autres installations, une chez la femme sénégalaise de l'ancien militaire russe et l'autre chez son autre ami français, E. Gaspoz, ont été découvertes. En plus de celle qui était chez lui.


Soumis à un interrogatoire intense, l'ancien soldat fait preuve de bonne foi. Il reconnaît les faits en bloc. Sur la provenance du matériel, Sergei Eledimov dit l'avoir eu d'une société dont il ignore le nom. Au début, c'était pour un essai. Il l'a installé en premier chez son ami français E. Lemasson. Sur les détails du matériel, l'ancien capitaine de l'Armée russe juge qu'il permet de changer les appels internationaux entrants en appels nationaux. Qu'il ne s'agit pas d'appels de téléphone à téléphone, mais d'ordinateur téléphone. Le trafic du réseau autorise les appels à passer sur n'importe quel réseau, que ce soit Orange, Tigo ou Expresso. Sergei Eledimov renseigne, par ailleurs, que le dispositif est composé de plusieurs groupes. Certains s'activent à l'installation du matériel, tandis que d'autres qui travaillent dans les sociétés de téléphonie ou de communication se chargent de vendre les appels en proposant des prix faibles. L'ancien soldat russe estime que la minute de communication se vend au Sénégal entre 5 à 10 FCfa. Sergei Eledimov jure qu'il ne s'occupe que des installations et que les serveurs se trouveraient hors du Sénégal, dans la sous-région. Bien que les installations sont interconnectées à ces serveurs. Mais tous les appels fraudés passent forcément par les installations de Sergei Eledimov. Pour les deux Français, le soldat russe jure qu'ils n'y sont pour rien dans cette affaire. Il leur a fait croire qu'il avait besoin de leur aide dans le cadre de ses activités et qu'il ne pouvait installer ce matériel chez lui.


Mais ce n'est pas seulement le matériel servant à frauder les appels internationaux entrants qui a été trouvé chez Sergei Eledimov. Les policiers enquêteurs y ont trouvé des badges et emblèmes de l'Armée française et un galon de Commandant de la Marine française. Il y avait aussi trois badges de la Marine américaine et un autre du Service secret des Etats-Unis, des badges du Danemark et de l'Italie. Aussi, un galon d'agent de police sénégalais et de la police du Port autonome de Dakar a été trouvé chez l'ancien capitaine russe. En plus de sept (7) galons internationaux de Commandant d'avion et badge de la Marine internationale. Des casquettes des corps militaires et paramilitaires de plusieurs nations du monde entier. Quatorze au total. En plus d'autres uniformes militaires. Sergei Eledimov juge qu'il s'agit juste d'une collection.


Les deux Français nient avoir connu les intentions de leur ami militaire. Ils lui rendaient juste service. Cependant, le trio a été déféré hier au parquet. Ils ont fait l'objet de retour de parquet. Sûrement parce que ce dossier fera l'objet d'ouverture d'une information judiciaire.


Makhaly Ndiack Ndoye


(Source : L'Observateur, 29 octobre 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1p2p3m4

Fraude sur les appels entrants : La Dic démantèle la mafia franco-russe



Un Russe, deux Français, un Syrien et trois Sénégalais ont été interpellés par la Division des investigations criminelles (Dic) pour fraude sur les appels entrants. Sonatel, Tigo ou Expresso ont subi un préjudice qui se chiffre au milliard de F Cfa.


Selon des informations de Libération, la Division des investigations criminelles (Dic) a mis fin aux agissements d'une mafia franco-russe qui « pompait » les appels entrants au Sénégal. Pour le moins, il est difficile de connaître le préjudice mais, des sources croient savoir que la Sonatel, Tigo ou Expresso ont subi un préjudice estimé à plus d'un milliard de F Cfa.


C'est d'ailleurs, hier, que les mis en cause présumés ont été déférés devant le procureur de la République. Les cerveaux de la bande sont un Russe et deux Français qui cachaient leurs activités illicites derrière une société écran dénommée « convoyeur ».


Les enquêteurs ont pu saisir tout un matériel High-tech ainsi que des centaines de puces téléphoniques qui permettaient de détourner les appels. Trois sénégalais, identifiés comme étant complices du Russe et des deux Français, ont été arrêtés en même temps qu'un « technicien » du groupe de nationalité syrienne. Ce dernier est d'ailleurs en séjour irrégulier au Sénégal. Malgré la campagne de communication menée par les opérateurs téléphoniques, la fraude sur les télécommunications est en train de prendre des proportions inquiétantes au Sénégal.


En 2014, une trentaine de cas a été mis à jour par les forces de sécurité, la police comme la gendarmerie...


(Source : Dakar Actu, 29 octobre 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://osiris.sn/Fraude-sur-les-appels-entrants-La.html

Les GPS des yellow cabs aident à la gestion intelligente du trafic



Deux chercheurs américains ont eu l’idée de s’emparer des données GPS des taxis new-yorkais afin d’optimiser la circulation en cas d’événements exceptionnels.




Les GPS embarqués dans les taxis new-yorkais entraînent une masse de données que les professeurs d’ingénierie Brian Donovan et Dan Work de l’université de l’Illinois ont eu l’idée d’exploiter à des fins de fluidification du trafic routier.





lire la suite






from L'Atelier: Disruptive innovation http://ift.tt/102uWUa

via IFTTT

Les startups lancées à l’international adoptent le "remote management"



Les startups SaaS sont de plus en plus friandes du "remote management" en ce qu’il permet à une équipe de travailler de part le monde pour améliorer, avant tout, le temps de réponse des fonctions supports.




Le fait de travailler en "remote" participe à la tendance récente, très liée à celle des mythes fondateurs de la Silicon Valley, qui veut améliorer les conditions de travail jusqu’au point de les rendre aussi désirables que le temps du loisir. Déjà au début des années 2000, Google a communiqué sur sa rupture d’avec les formes traditionnelles de management.





lire la suite






from L'Atelier: Disruptive innovation http://www.atelier.net/trends/articles/startups-lancees-international-adoptent-remote-management_432062?utm_source=atelier&utm_medium=rss&utm_campaign=tendances-FR

via IFTTT